Définition

Définition

La fasciathérapie est une thérapie manuelle des fascias. Elle  agit sur toutes les structures du corps : os, articulations, ligaments, muscles et viscères (poumons, intestins…) par l’intermédiaire des « fascias », membranes qui enveloppent et relient entre eux tous ces éléments de la tête aux pieds, de la peau aux tissus profonds (organes, os, système nerveux).

Une action sur la souplesse, la capacité d’adaptation et la sensibilité des fascias : la fasciathérapie optimise leur rôle de gardien du bon fonctionnement corporel

Les fascias ont plusieurs fonctions comme accompagner et harmoniser le mouvement, participer à la fonction de régulation tonique du corps. Ce sont aussi des lieux d’échange des nutritifs corporels (homéostasie), ils sont également garants du bon flux nerveux. Ils jouent un rôle important dans la régulation endocrinienne et immunitaire.

Les fascias sont très sensibles à toute forme d’agression physique, psychologique ou biologique. Lors d’un stress, le fascia se rétracte, se crispe et s’immobilise. Cette réaction d’adaptation est en principe réversible mais il est fréquent que des tensions s’installent et perturbent l’équilibre général de l’organisme. Par l’intermédiaire de cette véritable mémoire corporelle, les chocs physiques et psychologiques restent inscrits et stockés dans le corps à notre insu. Une fragilité s’installe et permet à des pathologies plus sérieuses de se développer.

Les fascias : une anatomie dynamique 

Les fascias, de même que toutes les structures corporelles, sont animés d’une dynamique qui garantit la liberté de nos articulations, le confort et la souplesse de nos mouvements.

Le fasciathérapeute, ayant acquis une habilité perceptive capte sous ses mains cette activité des tissus sous la forme de ce que le fondateur de cette discipline, D. Bois, nomme « le mouvement  interne des tissus ».

Le praticien grâce à la technique dite « du point d’appui » repère les zones de tension et restaure la cohérence et la rythmicité interne des tissus.

Une action locale et globale simultanée

La continuité des fascias contribue à l’unité corporelle et explique également qu’un problème situé dans une partie du corps puisse entraîner des souffrances secondaires à distance.

Une action sur le schéma corporel et le rapport à soi

Au delà de l’aspect soignant, le « toucher de relation » spécifique utilisé par le fasciathérapeute fonde pour le patient un véritable « dialogue » avec son propre corps grâce à l’enrichissement perceptif obtenu. Ce corps, dont il n’a plus confiance et qui le fait souffrir, va devenir finalement un interlocuteur possible et acceptable. La sensation douloureuse est « détournée » par une mise en relation avec ce que le D; Bois nomme « le corps Sensible », c’est à dire la sensation de volume, de complétude, d’unité, de chaleur et de profondeur, perceptions qui sont le sous bassement somato-psychique du bien-être.

Une action pédagogique 

Le praticien va utiliser cette compétence perceptive nouvellement acquise par le patient pour sortir du soin purement curatif et engager un mode d’accompagnement. Cette pédagogie de la perception aide le patient à prendre conscience par exemple, d’une part, des indicateurs internes corporels, lui permettant ainsi de reconnaître les niveaux dangereux de stress, et qui lui donne, d’autre part, la possibilité de trouver dans son corps de nouvelles ressources pour mettre en place des stratégies de gestion de sa maladie et de sa santé.

 

 

Les commentaires sont fermés.